J'ai besoin de vous parler

Aujourd’hui, j’ai besoin de vous parler! 

J’ai commencé ce blogue il y a déjà quelques temps, sans trop savoir comment m’y prendre. Ais-je vraiment quelque chose à dire? Ais-je quelque chose à partager? 

J’ai cette impression que ma vie, et mes idées, et mon moi-même, ne sont pas assez intéressant pour que j’en parle. Souvent, sur les médias-sociaux, les gens font la "promotion" de leur vie. Tous, autant que possible, se présentent sous leur meilleur angle, sous leur meilleur jour. Et moi je ne sais pas, dans ce cas, QUI présenter.
"Fake it until you make it" qu'ils disent.
Moi je n'y arrive pas. je suis beaucoup trop flawed pour ça. Je ne m'y sens pas confortable. Je ne suis pas confortable de présenter une version embellie de moi-même. Les militants du positivisme acharnés peuvent aller voir ailleurs. 

Donc, aujourd’hui, j’aimerais me présenter. Depuis l’ouverture de ce blogue, je ne l’ai toujours pas fait. The good, the bad and the ugly. 

 Je suis une pelleteuse de nuage et je m'assume comme telle. 

Je suis une pelleteuse de nuage et je m'assume comme telle. 

Je partage mes photos, souvent sans trop de texte, parce que je trouve mon écriture un peu sèche et awkward. Il y a des gens qui ont le don de l’écriture. Pas moi! 

Le pire est que j’aime écrire. Cependant, ces textes que j’aime écrire sont souvent imagés, plus flous et créatifs. Je ne trouve toutefois pas trop comment je peux intégrer ici cette partie de moi. 

La plupart des textes que j’ai écris ici auparavant étaient plutôt descriptifs et vides. C’est comme si je n’avais rien à dire des expériences que j’ai vécues. Le problème est que ces expériences, je les vis bel et bien, mais de façon très subtile, complexe et interne. Je n’arrive donc que très rarement à trouver les mots pour les décrire. Mon monde émotif est très profond et j’aime qu’il y reste. Quand je peux, je le laisse s’exprimer via mes images ou mes textes. Je ne le fait toutefois pas assez souvent.

Je ne me donne donc jamais la chance de me présenter à vous comme je suis. Peut-être ais-je peur que vous ne m’aimerez pas. 

Oui, je suis un peu awkward. C’est souvent le chaos dans ma tête et d’exprimer quelconque idée de façon claire est parfois difficile. Je réussis aussi bien souvent à mal me timer dans les discussions, ce qui ajoute beaucoup à l’awkwardness. On peut rajouter à ça un sens de l’humour douteux si vous voulez. See? I'm a cereal killer!

Ma vie se passe en image et en situations loufoques. Tout est dramatisé dans mon imaginaire. Les animaux ont une vie secrète, les arbres ont des pensées, les objets ont des émotions, mes propres jokes plates ont leur place bien sur, des situations totalement normales sont tournées à l’absurde. J’ADORE l’absurde. En bref, mon imagination est bien fertile! Le truc avec l'imagination c'est qu'on vit un peu dans sa tête. Je suis une fille de pensée, pas une fille d'action. C'est comme ça que je me sens confortable. 

Pour moi, le ciel est le plus grande merveille du monde. Les nuages, c'est la plus belle chose créée par l’univers (surtout les nuages pop-corn lors d’un coucher de soleil). Les étoiles me font rêver depuis que je suis toute petite. Et que dire des aurores boréales! Regarder un spectacle de lumières et de couleurs qui dansent, c'est difficile de trouver mieux. 

Je suis émerveillée par un peu n’importe quoi. Ca en est même ridicule. Un exemple d’aujourd’hui, parce que je ridicule ne tue pas: J’étais assise dans le métro en train de discuter avec mon homme. Au même moment, un autre métro est apparu plus bas, puis est monté à coté de nous. Sans réfléchir, j'ai coupé ce que j'étais en train de dire par: "Oooh! BONJOUR TRAIN!”.  Une chance que mon homme trouve ça cute! Je ne suis pas certaine qu'un étranger ou un nouvel ami aurait aussi bien réagit. En vrai, ce coté la de moi, c'est ce que je préfère. Je me sens parfois encore comme une enfant qui découvre le monde. Même les trucs les plus banals sont, pour moi, un sujet d'émerveillement. 

Mais j’ai aussi un coté plus “obscur”. Derrière celle que vous voyez beaucoup rire et qui est extérieurement rarement sérieuse se trouve une femme plutôt introvertie qui réfléchit et analyse beaucoup.

Fille de pensée, pas d'action. Remember?

Certains sujets sont pour moi plus sérieux. Les émotions, par exemple, ne sont pas pour moi un sujet easy. J’aime observer la société, les gens, les tabous et les habitudes de vie. Je me sens parfois dans une société où il est difficile de ne pas se sentir enfermé. Je trouve que les gens ne s’expriment pas assez, émotionnellement parlant. Les émotions, en public, c’est tabou. Oui, je sais que c’est étrange de dire ça tout suite après avoir dit que je préférais que mes émotions restent tranquilles dans les abysses. Le fait est que lorsque les gens ont besoin de s’exprimer, il n’y a pas de place. Il n'y a pas de place pour un être humain autre qu'unidimensionnel. Il n'y a pas de place pour nos flaws, pour nos mauvais jours, pour notre humanité. Même la joie y passe. Va courir, sauter et danser dans la rue parce qu'aujourd'hui tes heureux à un point où tu ne t'en peux plus, tu va te faire regarder de travers. 

Je pourrais écrire un texte entier sur ce sujet. Ce pourrait peut-être être un sujet de blogue si cela vous intéresse, mais j’ai souvent pensé que beaucoup ne voudraient pas voir ce genre de truc sur un blogue de photographie. 

Mais aujourd’hui, j’aimerais voir du changement. 

Je vous demande donc si vous voulez bien que je vous partage un peu de mon monde interne, aussi étrange qu’il puisse parfois paraitre. Je me demande aussi ce que vous aimeriez voir ici. À votre avis, les sujets plus personnels ont-ils aussi leur place? 

Je sais, au bout du compte, que ce site web, ce blogue, est à moi et que je peux en faire ce que je veux. Cependant, les lecteurs sont pour moi aussi importants et si je peux faire quelque chose qui me plait et qui, en même temps, plait à d’autres, pourquoi pas? J’aimerais bien interagir avec vous. J’aimerais bien, en partageant mes histoires, pouvoir ensuite lire la votre. Je ne veux pas faire de cet endroit, un endroit qui ne parle que de moi, mais un endroit où il vous est possible de trouver aussi une partie de vous-même. 

 On a tous parfois besoin de se sentir portés. De sentir que si l'on tombe, on ne sera pas seuls.  

On a tous parfois besoin de se sentir portés. De sentir que si l'on tombe, on ne sera pas seuls.